Accueil / RECETTES / Ma Cuisine / Accompagnements / L’attiéké (semoule de manioc) + video

L’attiéké (semoule de manioc) + video

L’attiéké est un mets à base de manioc. Spécialité ivoirienne, l’attiéké est traditionnellement produit par les femmes, des équipes constituées dans le village se groupant pour la production. Sa consommation est tellement forte que des usines ont été construites pour le fabriquer. L’attiéké connaît non seulement le succès en Côte d’Ivoire mais il est aussi exporté sous forme déshydratée vers les pays européens, et sous forme de boules (sa présentation locale habituelle) vers les autres pays africains de la sous-région occidentale.

Fabrication

Le manioc est épluché, broyé et mélangé à une petite quantité de manioc auparavant fermenté, puis la pâte ainsi obtenue est mise à nouveau à fermenter pendant un à deux jours. Au bout du temps de fermentation qui aura permis d’éliminer en grande partie l’acide cyanhydrique que contient naturellement le manioc, la pâte est essorée, tamisée, séchée et vannée, puis mise à cuire à la vapeur. Après quelques minutes de cuisson, l’attiéké est prêt à être consommé.

L’attiéké est pourvu d’un goût très légèrement acide et d’une odeur franche. Les palais les moins affinés ne sentent pas de différence avec le couscous de blé. Pourtant, sa couleur plus claire, sa texture plus élastique et plus collante, son aspect légèrement translucide les différencie bien. Son parfum est typique. Il se consomme traditionnellement en accompagnement de viandes ou de poissons, souvent avec une sauce dans la partie sud de la Côte d’ivoire, et se mange avec les doigts après qu’on en a formé de petites boulettes. Il a la réputation de faire dormir. Certains diront que c’est parce qu’il rassasie bien, d’autres parce qu’il a une haute teneur en amidon. L’attiéké est composé à plus de 95% de glucides et est très pauvre en lipides (environ 2%) ainsi qu’en protides (moins de 2%). Sa valeur calorique est faible, avec environ 350 kCal pour 100 g.

Source

Ma Cuisson

pour 2 personnes

  • 250g d’attiéké
  • 200ml d’eau tiède
  • 1cs d’huile d’olive (facultatif)

Préparation

  • versez 250g d’attiéké cru dans une casserole

  • ajoutez y 200ml d’eau tiède

  • mélangez jusqu’à ce que l’attiéké absorbe toute l’eau

  • couvrez et laissez reposer 5-8mn

  • au bout de ce temps, l’attiéké aura pris du volume,

  • rajoutez 1cs d’huile d’olive ou celle de votre choix et mélangez bien (si vous ne souhaitez pas ajoutez d’huile passez à l’étape suivante)

  • mettez la casserole à feu très doux et faites chauffer pendant 3-5 mn en remuant constamment à la main ou à la fourchette pour éviter que les grains ne collent

 

  • servez aussitôt,

il se consomme généralement tiède pour accompagner une sauce.

vous pouvez le consommer en taboulé

ou pour un couscous

il remplacera valablement la semoule de blé dans vos préparations.

Bon appétit!

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi

La Farine: Comment la choisir et l’utiliser

Le blé tendre Le blé tendre est l’espèce de blé actuellement la plus cultivée au …

18 Commentaires

  1. Bonjour Alice,

    J’aurai aimé savoir où tu achètes l’attiéké/la semoule de manioc déshydratée – je ne suis tombée que sur des versions fraîches dans les parages (paris 17e vers guy moquet). J’aime bien, mais j’aimerai stocker des plus grandes quantités et du coup pas au frigo… Merci!

  2. je cherchais une recette de foufou et c’est comme ça que j’ai retrouvé ton blog, depuis que j’avais changé d’ordi j’avais perdu plein de favoris !! bien contente de t’avoir retrouvée !
    et mon foufou était délicieux
    bizzzzzzz

  3. bjr Alice et merci pour l’effort que vous faites pour promouvoir en France , l’attiéké de ÔTE D’IVOIRE.
    je vois que chacun à certainement sa technique de cuisson.
    je veux alors vous proposer notre association LE GRENIER MONDIAL qui vient de connaitre le jour et qui a justement cette noble vocation de fabriquer et vendre l’attieké de Cote d’Ivoire. mais il s’agit de l’attiéké originelle, Adjoukrou.Il se conserve non pas forcement au frigo, mais à l’air ambiant. quand il y le froid, c’est encore bien indiqué pour sa conservation car il va se deshydrater. il suffit de le rechauffer simplement à la vapeur et non à l’eau. le notre est sans fibre. ses garin ont casiment la même taille. ce qui lui donne l’avantage de ne pas devenir de la poudre une fois seché. enfin, nous fabriquons un attiéké sucré qd nous le voulons et conservable autant de fois que nous le voulons.. Nous sommes basés en Côte d’Ivoire et souhaitons traiter avec des grossistes en fance ou partout dans le monde entier pour leur faire contre ce qu’est l’attiéké et le vrai de chez nous. Sans vanité aucune, nous sommes des expert en la mtatière car nous n’avons que ça comme activité depuis la naissance, du 1er au 31,; du matin au soir. rien que la manipulation de la pate de manioc.
    Nous avons une valeur ajoutée que les autres peuples en Côte d’Ivoire n’ont pas toujours. Chez nous, Alice; on ne jete JAMAIS l’attieké car nous faisons de ce reste d’autre repas. Oui, du foutou ou placcali ou attieké au gras: comme le riz au gras.
    je vous deamnde juste de nouis conracter et on verra le reste.
    mon con,tact est 00225 54305081 ADRIEN

  4. Bonsoir, Je viens juste de découvrir ton site et j’avoue que nombre de recettes me tentent. Je recherche un truc que j’ai gouté à Paris dans les années 90, que j’achetais par litre dans un restaurant africain dans lequel j’allais avec un ami sénégalais. Cela ressemble à un yaourt et c’est légèrement sucré, vraiment délicieux. Je ne mangeais que ça. Vois-tu de quoi je parle ?
    Sapho des Landes

  5. Bjr alice,je suis au Cameroun precisement à Yaoundé, je voudrais savoir où trouver Attiéké et à combien coute le plat? Merci

Laisser un commentaire